Accenture Technology recrute des développeurs et professionnels de l’IT en CDI Pour renforcer ses centres de services et accompagner des clients

Une étude de l’Université de Melbourne a conclu que le fait de travailler à temps partiel, environ 25 à 30 heures par semaine, avait un impact positif sur la fonction cognitive chez les Australiens âgés de plus de 40 ans. Mais pour ceux qui travaillent plus de trois jours par semaine, les recherches ont estimé que le stress et la fatigue pouvaient effacer ces impacts positifs.

L’étude a analysé les habitudes de travail et a effectué des tests cérébraux sur 3 000 hommes et 3 500 femmes de plus de 40 ans en Australie. Plus précisément, les résultats des participants dans trois domaines de compétences cognitives différents ont été testés, notamment un test de score de mémoire, un test de lecture et un test de capacité de perception.

« Dans les trois cas [tests], il a été constaté qu’environ 25-30 heures de travail par semaine maximiseraient vos compétences cognitives », a déclaré le professeur Colin McKenzie de l’Université Keio, qui a participé à l’étude.

« Et passer moins d’heures ou plus d’heures réduit vos compétences cognitives », a-t-il précisé. Le professeur McKenzie a déclaré que l’une des principales conclusions montrait que le travail à la fois à zéro heure et à l’autre extrémité du spectre, 50 à 60 heures, conduisent aux mêmes compétences cognitives.

« Trop de travail conduit au stress et à la fatigue, et c’est probablement la cause principale de cette baisse des capacités cognitives après 25 à 30 heures par semaine », a-t-il déclaré.

Une semaine de travail optimale reste à déterminer par pays

Fait intéressant, aucune différence clé entre les hommes et les femmes en termes de durée optimale du travail n’a été trouvée.

Les chercheurs ont déclaré que leurs conclusions sont particulièrement importantes à un moment où de nombreux pays relèvent l’âge de la retraite.

Le Professeur McKenzie a déclaré que les futures études devraient examiner l’impact du travail sur d’autres dimensions de la santé.

Il a également déclaré qu’il serait intéressant de déterminer le nombre optimal d’heures par semaine dans différents pays.

« Si le nombre d’heures ne culmine pas au même endroit, il peut y avoir des raisons systémiques à cette différence, par exemple, l’Australie a quatre semaines de congé annuel, ce qui tend à être plus long que le Japon », a souligné le professeur McKenzie.

« Donc, ces chances de rafraîchir votre corps et votre cerveau peuvent être importantes pour déterminer le pic optimal ».

Cas pratique en Nouvelle-Zélande

En Nouvelle-Zélande, une société de fiducie a annoncé en février 2018 qu’elle va commencer à tester le dispositif d’une semaine de quatre jours en mars 2018. Contrairement aux autres initiatives de ce type qui requièrent que le staff travaille des journées plus longues pour la même rémunération, ou parfois moins, l’entreprise Perpetual Guardian s’est engagée à laisser à ces 250 employés la liberté de désigner une journée de repos payée chaque semaine.

L’entreprise a déclaré que ce dispositif de travail a été un succès et compte l’adopter à plein temps. Durant la période de test, les employés ont bénéficié d’une journée de travail de huit heures, quatre jours par semaine, alors qu’ils ont été payés pour cinq.

Ce test a été suivi et évalué par l’Université d’Auckland Business School et l’Université de Technologie d’Auckland. Les chercheurs ont en conclu qu’il a été un franc succès et qu’il est avantageux pour l’entreprise comme pour ses employés. Durant toute la période d’essai, le niveau de productivité a augmenté de 20 %, l’engagement des clients a aussi augmenté de 30 % ainsi que l’engagement des employés. En même temps, les niveaux de stress du staff ont été réduits et la conciliation travail-vie personnelle a été améliorée de 24 %. Perpetual Guardian a noté que ses revenus sont restés stables durant toute la période de test et les coûts ont baissé avec moins d’énergie utilisée.

Andrew Barnes, le fondateur de Perpetual Guardian a dit que les employés ont eu le droit de choisir de travailler une semaine de quatre jours, et des avocats ont été consultés pour s’assurer que le nouveau système est en règle avec les lois de travail en Nouvelle-Zélande.

Les employés qui ont choisi de ne pas opter pour ce système ont eu quand même droit à des facilités comme le fait de commencer ou finir le travail tôt pour éviter les embouteillages ou bien mieux gérer leur temps avec leurs enfants.

Barnes a préalablement pensé à mener ce test lorsqu’il a observé une augmentation de la pression sur quelques employés qui n’arrivaient pas à concilier leur vie personnelle et professionnelle. Il s’est demandé par la suite s’il fallait leur accorder une journée libre additionnelle pour mieux gérer leur vie familiale et devenir plus concentrés et productifs au bureau.

« Pour nous, il s’agit de doter notre société d’une productivité améliorée tirée de meilleures efficacités du travail… il n’y a aucun inconvénient pour nous, » dit-il. « L’attitude adéquate est nécessaire pour que cela fonctionne, tout le monde doit être engagé et prendre les choses sérieusement pour créer un modèle viable à long terme pour notre entreprise. »

Ce test a attiré une attention particulière en Nouvelle-Zélande et d’autres pays sur le rôle de la mesure du travail d’une semaine de quatre jours. Iain Lees-Gallowat, le ministre du travail néo-zélandais a dit que cet essai a été fascinant et a noté qu’il désire travailler avec toute entreprise souhaitant offrir des conditions de travail plus flexibles à leurs employés.

Alors que le test a été déclaré comme étant un franc succès, pas tout le monde dans Perpetual Guardian a apprécié ce changement, avec quelques employés déclarant avoir eu plus de difficultés à compléter leur travail dans un laps de temps réduit. D’autres employés ont rapporté qu’ils n’ont pas apprécié le fait de passer une journée additionnelle loin du travail et ont dit qu’ils se sont ennuyés loin de l’environnement de travail.

Source : ABC

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here